«

Soyez doux avec vos genoux

photo par Ilee-wuBien sûr le Yoga améliore l’élasticité du corps mais…

Comme en toute bonne chose, point trop s’en faut.

Pourquoi prenez vous des risques avec vos genoux ?

Vous venez au Yoga avec les meilleures intentions du monde, vous muscler, vous assouplir, diminuer votre stress, vous poser, sentir votre corps … Et le tout avec un parfum de non-violence. Vous avez bien en tête l’ambiance forcément paisible d’un cours de Yoga. Et pourtant, il vous arrive de vous faire mal, pourquoi ?

1. Ecoutez votre corps

Est-ce que c’est facile ? Et bien non. On vous l’a déjà dit, vous l’avez peut-être en tête mais vous vous interrogez : quel est le degré de douleur que je peux accepter pour être dans Sthira-Sukha, fermeté et aisance ?

En fait, la question n’est pas tellement le degré de douleur mais plutôt le type de douleur et c’est cela qu’il est difficile de distinguer. La douleur est un signal du corps qui indique que quelque chose ne va pas. Et vous devez la faire cesser plus ou moins urgemment en fonction du type de douleur :

Il y a d’abord la douleur de la contraction musculaire, si vous reprenez les abdos après une longue période d’abstinence, vous aurez mal assez rapidement. Mais, il n’y a pas de danger, on peut rester en supportant la douleur, quelques secondes de plus. Ce n’est que si on était obligé de conserver la contraction très longtemps que le muscle pourrait tétaniser. D’ailleurs, si ça arrive, vous arrêtez. Dans le cas du genou, si vous avez mal à la cuisse ou au mollet, restez un peu plus, musclez-vous !

Il y a également  la douleur articulaire qui a de multiples sources, c’est complexe une articulation : cartilages, tendons, capsule, muscles. Dans le cas du genou, c’est facile : on ne tolère aucune douleur ! On s’autorise à la limite à supporter un petit inconfort mais, pas plus.

2. Comprenez l’intention de la posture

La posture aboutie est ce à quoi on tend. Mais pour y arriver, il faut y aller par étape, pas question de mettre le pied derrière la tête si la hanche n’est pas libre, de toucher ses pieds jambes tendues si les ischio-jambiers ne sont pas prêts …

Si on prend pour exemple la posture du lotus,on amène chaque pied sur l’aine opposée. Mais à quelle condition ? A la condition de la souplesse de la hanche, ce n’est ni l’assouplissement du genou, ni de la cheville qui permettent cette posture. C’est petit à petit, séance après séance qu’on ouvre la hanche et qu’on va vers la posture. Ce n’est certainement pas en cherchant à assouplir le genou et la cheville en flexion latérale. La cheville a une petite mobilité latérale mais cette mobilité ne doit pas être accentuée, il faut parfois même au contraire renforcer les muscles de la cheville pour éviter les entorses à répétition.

3. Laissez votre égo au vestiaire

Et oui, c’est le plus souvent lui qui vous fait prendre des risques. Vous avez une volonté de fer, vous cherchez à aller au maximum quitte à faire n’importe comment. Et si par hasard, votre voisin de tapis est plus souple que vous, vous en oubliez toute précaution !

Acceptez vos limites, laissez le temps au temps,. C’est dans le relâchement que vous obtenez vos plus belles “victoires” en terme d’étirement.

4. Témoignage d’une pratiquante

J’en profite pour vous mentionner un blog de Yoga que j’aime bien. L’auteure n’est pas enseignante de Yoga mais pratiquante avertie : https://3heures48minutes.com/ .

Et avec beaucoup d’humour, elle s’excuse auprès de ses genoux de les avoir un peu malmenés : Lettre d’excuses à mes genoux.

Pourquoi, il faut y faire attention

1. Mobilité du genou

Vous l’aurez compris la mobilité du genou est limitée. Il peut seulement se fléchir sur un plan vertical de l’avant vers l’arrière plus une petite possibilité de rotation en flexion mais qu’on ne doit pas chercher à accentuer. Pour en savoir plus regardez la vidéo ci-dessous.

 

Et les personne hyperlaxes ont une possibilité d’hyper extension du genou, qu’il ne faut pas rechercher non plus.

Et comme disent joliment mes professeurs (mis je ne sais plus qui est à l’origine de cette phrase !) :

On peut tutoyer toutes nos articulations sauf le genou.

2. Et les autres articulations ?

Toutes les articulations peuvent et doivent être mobilisées pour faire circuler la synovie qui va entretenir, nourrir et lubrifier les cartilages. Mais on ne cherchera pas forcément à amplifier leur mobilité.

En Yoga, ce qu’on cherche à libérer, ce sont les aines (hanches), les aisselles(épaules) et la colonne vertébrale. Là aussi, on cherchera le ressenti, on ira plus au moins loin en fonction de ce ressenti, de l’articulation et de l’état de l’articulation. Dans le doute, allez moins loin. Vous pouvez forcer sur la tonicité mais allez y doucement sur les étirements

Comment faire?

1. Suivez les consignes du professeur

L’enseignant de Yoga est là pour vous guider dans les postures. Les consignes indiquent comment prendre la posture certes mais surtout en suivant le bon chemin pour éviter de malmener son corps. Si on vous demande de conserver la rectitude du dos en priorité, ne cherchez pas à toucher vos orteils en arrondissant le dos ! (hum, c’est pourtant ce que je vois dans mes cours une fois sur deux, je suis obligé d’insister)

2. N’hésitez pas à protéger vos genoux avec des accessoires

Si vous avez un genou que vous savez fragile suite à une entorse par exemple, mettez une genouillère le temps du cours.

Dans les postures ou le genoux est à terre, doubler ou triplez l’épaisseur de votre tapis ou mettez un petit coussin, surtout si vous vous retrouvez en appui sur un seul genou.

Si vous pliez le genou en position assise et que vous sentez que vous allez au delà de vos possibilités, prenez un coussin, soit sous le genou plié, soit sous le bassin, voyez avec votre enseignant.

3. Cherchez les articulations que vous devez  faire travailler

Je reviens sur les intentions de la posture, essayez de les intégrer, de bien les comprendre. Ecoutez les consignes et ressentez dans votre corps. Pour la posture en tailleur ou du lotus, observez chacune des articulations (cheville, genou, hanche) et la contrainte appliquée sur chacune. Peut être faut-il surélever plus le bassin ou bien les genoux, essayez jusqu’à ce que les genoux et les chevilles soient confortables.

4. Les conseils de 3heures48minutes.com

Un très bon article où Clémentine vous explique comment protéger vos genoux

Voilà, si vous souhaitez vous abonner à ma newsletter, inscrivez-vous ci-dessous.

Photo par Ilee Wu

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>